relation-parents-enseignant

                                               pinterest

Vous vous demandez comment mettre en place une bonne relation avec l’enseignant de votre enfant et surtout comment l’entretenir, la conserver ? Car vous savez que de bons rapports sont importants pour le bon déroulement de la scolarité de votre enfant.

Voici quelques petits conseils pour y parvenir. Mais avant je voudrais approfondir le pourquoi d’une bonne relation.

1) De l’importance d’une relation parents/enseignant réussie

bonne-relation-parents-enseignant

Il faut le dire, d’une bonne entente entre le maître, la maîtresse et vous, dépendra le bonheur de votre enfant d’aller à l’école. Si votre enfant ressent (et les enfants sont très forts pour ressentir cela) une harmonie entre son maître ou sa maîtresse et vous, alors pour lui aussi sa relation avec sa maîtresse ou son maître s’en trouvera facilité. Plus vous ferez confiance à l’enseignant, plus votre enfant sera confiant et serein à l’école et en classe.

Mais, me direz-vous, comment puis-je faire confiance à quelqu’un que je ne connais pas ? Alors apprenez à le connaître ! N’ayez pas peur, au contraire, les enseignants sont ravis quand les parents s’intéressent à eux, à leur travail.

Alors que dois-je faire pour avoir une bonne relation avec l’enseignant de mon enfant ?

2) Les bases d’une bonne relation

bonne-relation-parents-enseignant

                                      pinterest

1- En toutes circonstances être poli :

toujours dire bonjour au maître ou la maîtresse avant même de demander quelque chose, n’oubliez pas non plus de dire : « excusez-moi de vous déranger » par exemple.

2- Les règles de la communication :

  • Comment communiquer ? Si c’est très urgent et cela doit rester exceptionnel, vous pouvez soit lui parler sur le pas de la porte de la classe pour la maternelle, mais attention il ne faut pas que cela dure trop longtemps, le temps passé avec vous c’est du temps en moins pour les enfants, soit au portail et si ce n’est pas l’enseignant de votre enfant demandez-lui si vous pouvez lui parler. Si c’est moins urgent vous pouvez lui écrire dans le cahier de liaison, appelé aussi cahier de correspondance, c’est l’outil de communication entre l’école et la famille.
  • Sur quoi communiquer principalement ? Sur tout en toute sincérité : l’enseignant doit avoir connaissance de tous les changements qui pourraient intervenir dans votre vie de famille (séparation, disputes, décès, naissance d’un petit frère ou d’une petite sœur, déménagement…), mais aussi prévenez-le par exemple si vous partez en vacances un peu avant la fin de l’école (même si normalement l’école est obligatoire jusqu’au bout !). Prévenez encore l’enseignant si votre enfant à des poux, c’est mieux que s’il le découvre seul ! Il pourra ainsi communiquer aux autres parents qui traiteront aussi. Le maître ou la maîtresse sera plus serein et à même de répondre par exemple aux questionnements ou aux angoisses de votre enfant à l’école.
  • De quelle manière communiquer ?
    1. Toujours restez poli.
    2. Ne pas s’énerver (hausser la voix, être sur la défensive à l’oral comme à l’écrit…), comme le dit si bien Nicole Catheline pédopsychiatre « pour être entendu, mieux vaut éviter l’attaque ».
    3. Toujours supposer et employer le conditionnel : il se pourrait, je crois savoir, peut-être pourriez-vous m’aider…
    4. Dans le cahier de liaison ou de correspondance pas de longues tirades, n’écrivez pas un roman, l’enseignant ne le lira pas ! Si vous êtes en colère, ne la déchargez pas sur le cahier, c’est extrêmement désagréable le matin en arrivant de lire un mot d’une longueur démentielle. On se dit, un qu’on va prendre cher et deux, on se demande comment on va bien pouvoir y répondre. Et là, soit l’enseignant ne veut pas perdre de temps et ne veut pas répondre sous le coup de la colère et écrit simplement « vu » , soit il vous propose un rendez-vous pour en parler de vive voix, mais au fond de lui il se dit qu’il va pouvoir régler ses comptes avec vous, soit il s’énerve aussi et vous répond avec la même agressivité. Au final, tout le monde est perdant. Donc si vous n’avez pas compris une situation délicate ou compliquée, que vous avez besoin d’explications détaillées, surtout ravalez votre colère et demandez plutôt un rendez-vous pour en discuter plus calmement.

3) Montrez à l’enseignant que vous êtes présent pour votre enfant, que vous avez envie que tout se passe bien.Comment faire ?

être-présent-pour-son-enfant

                                        pinterest

1- S’occuper du cahier de liaison.

S’en occuper, c’est-à-dire, le regarder tous les soirs quand votre enfant rentre de l’école ou de la garderie, surtout pour les élèves de maternelle et des petites classes CP, CE1 et parfois même encore CE2 (cela dépend du niveau d’autonomie de votre enfant). En effet, à partir du CE2 en règle générale, ce sont vos enfants qui vont vous dire de penser à regarder le cahier de liaison car il y a des mots à signer ou des documents à remplir.  Plus un enseignant attend après un mot qui n’est pas signé ou un document qui n’est pas rempli, plus cela l’énerve !! et vous n’avez pas envie d’énerver l’enseignant de votre enfant car cela va compromettre votre relation avec ce dernier. Donc, n’oubliez pas de jeter un coup d’œil à ce cahier tous les soirs, faîtes que cela devienne un rituel, au même titre que les devoirs !

2- Signer les cahiers, les classeurs, le travail de votre enfant.

En règle générale, l’enseignant instaure un rythme de retour du travail à la maison, cela peut être tous les deux jours ou à la fin de chaque semaine ou encore toutes les deux semaines et là, vous devez lui montrer que vous avez reçu le message cinq sur cinq et que vous ne raterez pas ce rendez-vous de la signature des cahiers. Cela montre que vous accordez de l’importance au travail qui est effectué en classe et aussi que vous contrôlez les réussites ou les difficultés de votre enfant, que vous le suivez tout simplement ! Là, l’enseignant de votre enfant sait que vous essaierez de travailler ensemble pour la réussite de celui-ci , car ne l’oubliez pas les enseignants ne veulent que ça ! n’en doutez pas.

3- Il en va de même pour les devoirs

L’enseignant doit savoir que vous les vérifiez, même si votre enfant va à l’étude pour les faire.

4- Vérifier le matériel de votre enfant

Pour éviter à l’enseignant de disputer votre enfant parce qu’il n’a pas encore de colle ou de crayon à papier ou encore de taille-crayon qui fonctionne, vérifiez-le régulièrement, c’est votre travail de parent aussi. N’attendez pas que le maître ou la maîtresse vous le signale dans le cahier.

AN-TI-CI-PER et vous aurez un enseignant cool avec vous et avec votre enfant.

Ces quatre choses dont je viens de vous parler sont primordiales, non seulement dans la relation avec l’enseignant, mais aussi pour le bien-être et la sérénité de votre enfant. Mettez-vous à sa place, il arrive en classe, la maîtresse demande de sortir les cahiers de liaison car il y avait un mot important à signer pour aujourd’hui et votre enfant sait que vous ne l’avez pas signé, car fatigué hier soir après une dure journée au boulot vous lui avez répondu « Ah ! on verra ça tout à l’heure » et vous avez oubliez ! Pensez-vous à cet instant que votre enfant soit détendu ? Même si la maîtresse est bienveillante et lui dit que ce n’est pas de sa faute, lui, il peut être le seul à ne pas avoir fait signé ce mot, il ne se sent pas forcément à l’aise à ce moment-là.

5- Soyez présents aux fêtes, aux différentes manifestations proposées à l’école ou dans la classe, accompagnez votre enfant à une ou plusieurs sorties

Pourquoi ? Par exemple, si vous êtes un bon accompagnateur, vous gagnerez la confiance de l’enseignant. Pour cela, n’utilisez pas votre téléphone portable lorsque vous encadrez des élèves, ensuite veillez à ce que les élèves respectent bien les consignes de sécurité et bien sûr n’en perdez pas un !! La sortie et les fêtes ce sont aussi de bons moyens d’échanger avec l’enseignant et d’apprendre à mieux le connaître en-dehors du cadre strict de l’école ou de la classe. Souvenez-vous au début de l’article je vous ai dit que les enseignants appréciaient quand on prêtait attention à leur travail et à eux aussi. Mais là, attention, cela dépend des enseignants, il y en a qui seront plus ouverts que d’autres.

Pour conclure, je dirais qu’il ne faut pas voir l’enseignant comme un ennemi mais bien comme un allié. Un allié pour la réussite de votre enfant. Si vous voulez qu’il vous écoute, faîtes-le avec diplomatie et zénitude. La relation parents/enseignant doit être basée sur la confiance. Le maître ou la maîtresse n’est pas un extra-terrestre, mais bien un être humain comme vous, avec des sentiments, même si certains enseignants peuvent paraître de prime abord froids ou distants, pensez peut-être qu’ils ont eu de mauvaises expériences et veulent se préserver.

Méditez sur cette citation « Donne beaucoup, tu recevras bien plus » (Robert Sabatier).

Et vous? Avez-vous de bonnes relations avec l’enseignant de votre enfant? N’hésitez pas à me laisser un petit commentaire et à faire partager votre expérience.

Lecture de l’article environ 6 minutes.

  •  
  •  
0 Commentaires

Laisser une réponse

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*

Contactez-moi

Une question ? Rédigez-moi votre message.

En cours d’envoi

©2021 Virginie Annoot

Je vous offre mon guide:

10 conseils vous aurez, sa maternelle il réussira

Pour connaître et exercer mes droits, notamment pour annuler mon consentement, je consulte la page de mentions légales.

Vous connecter avec vos identifiants

Vous avez oublié vos informations ?