devoirs à la maison

Vous vous sentez parfois désemparé face à votre enfant qui refuse de faire ses devoirs. Vous n’arrivez pas à lui faire comprendre une notion. Vous vous énervez et lui aussi. Les devoirs peuvent parfois être source de conflits et détériorer la relation que vous avez avec votre enfant. Mais cela peut bien se passer aussi, pas tout le temps, il faut l’accepter. Voici quelques conseils pour partir sur de bonnes bases et instaurer un climat serein et de confiance pour que votre enfant petit à petit face ses devoirs seul, car c’est le but, le responsabiliser.

1) Pourquoi des devoirs ?

école facile

Les devoirs servent à réviser une notion apprise en classe. Il ne devrait pas y avoir de devoirs écrits mais que des leçons, des mots à apprendre ou de la lecture. Cependant, dans la réalité, les enseignants donnent aussi des devoirs écrits, bien souvent, ils servent également à approfondir un nouvel apprentissage. Cela peut être des opérations, de la conjugaison, des petits exercices de grammaire ou encore des mots à copier par exemple. En classe, parfois, certains enfants n’ont pas le temps d’approfondir, de s’entraîner suffisamment pour pouvoir intégrer, mémoriser la nouvelle leçon. Tout nouvel apprentissage demande de l’entraînement afin d’être acquis.

Les devoirs sont un bon moyen pour l’enseignant, en plus de ce qui a déjà été fait en classe, de vérifier si votre enfant a bien compris. Pour vous également, les devoirs vous permettent de savoir où en est votre enfant dans les différents apprentissages, où sont ses difficultés.

Du côté des enfants, il faut aussi leur expliquer à quoi servent les devoirs en employant des mots qu’ils pourront comprendre.

2) Les bonnes bases

devoirs à la maison

  • Un rituel à instaurer dès le CP

Quand votre enfant rentre de l’école, laissez-le un peu souffler d’abord. Il a travaillé toute la journée, assis pendant de longs moments. Alors, on commence par un petit goûter, un fruit ou une compote, des petits gâteaux pas trop gras, type petit beurre avec un morceau de chocolat par exemple. Je vous dis ça, car je vois souvent, quand je fais l’étude, des enfants avec des chips ou carrément le paquet de gâteaux en entier. C’est peut-être un peu trop pour un goûter !

Pendant ce goûter, profitez-en pour discuter avec votre enfant de sa journée. Ce moment d’échange pourra peut-être désamorcer un conflit qui a eu lieu à l’école et cela l’aidera à être plus disponible dans sa tête pour les devoirs.

Après le goûter, on s’installe dans un endroit calme et un minimum rangé, cela peut-être sur la table de la cuisine, de la salle à manger ou bien encore dans la chambre de votre enfant s’il a un bureau. S’il y a des frères et sœurs, soit chacun va dans sa chambre pour faire ses devoirs, soit s’ils les font au même endroit il faudra veiller à bien leur expliquer les règles. Par exemple, vous ne pouvez pas vous couper en deux, mais vous accorderez un temps à chacun. A vous aussi d’être bien organisé, c’est-à-dire à bien répartir les devoirs de vos enfants pour ne pas vous retrouver à devoir faire réviser une leçon ou apprendre une poésie en même temps. Si vous avez des enfants pas encore scolarisés, occupez-les avec des coloriages ou un jeu calme pendant que vous gérez les devoirs du plus grand.

Lors des devoirs, ne forcez pas votre enfant à rester assis, on peut apprendre en marchant, en sautant.

Fixez un temps de travail qui doit être adapté à chaque niveau. Par exemple au CP les devoirs ne devraient pas dépasser 15 min, alors qu’au CM2 on peut aller jusqu’à 30 min. Montrez à votre enfant sur une pendule le temps qu’il passera pour faire ses devoirs.

  • Apprendre à connaître comment votre enfant apprend.

En effet, nous avons tous un profil d’apprentissage dominant. Il y a le profil visuel, le profil auditif et le profil kinesthésique.

Le profil visuel : votre enfant s’il est visuel aura besoin de voir sa leçon, il enregistrera les images, il mémorisera les différentes parties en les voyant dans sa tête. Il aura besoin d’écrire pour mémoriser. Il sera sensible aux différentes couleurs ou aux mots surlignés ou en caractère gras par exemple. Il pourra photographier les mots en leur associant une image.

Le profil auditif : votre enfant aura besoin d’écouter pour apprendre. Il devra lire à haute voix pour retenir ou vous devrez lui lire sa leçon par exemple. Il apprendra mieux un mot en épelant ces lettres.

Le profil kinesthésique est plus compliqué. On a parfois des difficultés à trouver les moyens qui vont aider l’enfant à apprendre. Cet enfant aura besoin d’être dans le mouvement ou manipuler pour apprendre. Il va réciter sa leçon ou sa poésie en marchant par exemple. On peut associer des mots à des gestes ou faire vivre une leçon d’histoire aussi.

Vous devez également identifier votre profil afin de ne pas vous en servir systématiquement alors que votre enfant n’a peut-être pas le même ! Nous avons tous un profil dominant, mais il est très important de développer les autres profils. Ce sera bon pour toute la scolarité de votre enfant.

  • Être original et ludique

Faîtes vivre les devoirs lorsque vous le pouvez et que cela s’y prête aussi. Vous pouvez chanter, mimer, utiliser un support pour apprendre différemment. Par exemple, utilisez un tableau velleda accroché au mur ou sur pied pour que votre enfant écrive les mots de la dictée. Vous pouvez également illustrer une leçon de maths et faire manipuler à votre enfant des bonbons ou des billes ou encore des ustensiles de cuisine.

  • Suivre au maximum les méthodes des enseignants.

Combien de fois avez-vous entendu votre enfant vous dire : « oui, mais la maîtresse, elle fait pas comme ça ! » ou « il nous a pas appris comme ça le maître ! ». Et là, souvent les enfants se bloquent. Si, malgré la leçon, ou si vous n’avez pas la leçon et que vous ne comprenez pas le fonctionnement ou la méthode d’apprentissage, n’hésitez pas à demander à l’enseignant, soit de vive voix, soit par l’intermédiaire du cahier de liaison.

De même, parfois les enseignants ont une manière de faire pour les devoirs qu’ils expliquent aux enfants. Lors de la réunion de rentrée, en règle générale, ils l’expliquent aussi. Si vous ne comprenez pas cette façon de procéder, demandez à l’enseignant, les devoirs en seront facilités.

  • Pas de devoirs supplémentaires.

Sauf si votre enfant le demande. Il y a d’autres occasions d’apprendre et pas forcément de « manière scolaire ». En réalisant une recette de cuisine par exemple, en lisant à votre enfant une histoire, en allant au musée, à la médiathèque, en jouant à des jeux de société…

Revoir régulièrement certaines notions. Il faudra prévenir votre enfant que, pour qu’il se sente à l’aise en classe, pour que ce soit plus facile pour lui, vous lui demanderez parfois de réviser les tables de multiplication ou de conjuguer certains verbes ou encore de réviser les mots-outils. Les mots-outils, ce sont des mots en CP par exemple qu’on demande d’apprendre par cœur pour faciliter la lecture et plus tard ce sera la liste des mots invariables.

attention

Apprendre par cœur, oui, mais pas sans comprendre !

Lors d’une étude dirigée que je faisais dans mon école, un élève de CE1 devait apprendre par cœur les doubles, à savoir :

5+5=10, 10+10=20, 15+15=30, 20+20=40, 25+25=50, etc. Cet élève avait des difficultés à retenir lorsqu’il y avait les 5, parce qu’il n’avait pas compris qu’en ajoutant les 5, on avait une dizaine supplémentaire et donc qu’il fallait l’ajouter aux autres dizaines. J’espère que je ne vous ai pas perdu !!

  • Faire confiance à son enfant et petit à petit le rendre autonome.

Le but est que votre enfant arrive à faire ses devoirs seul. Au CP et encore au CE1, il aura besoin de vous tout le temps. Pour faire la lecture, apprendre des mots, en lui faisant une petite dictée pour voir s’il les a bien appris, ou encore pour apprendre une leçon de grammaire au CE1. La classe de CE1 est assez chargée en nouveaux apprentissages. Petit à petit, vous testerez, les capacités de votre enfant à apprendre seul. Par exemple vous pourrez lui dire : « Ok, je te fais confiance, tu me dis que tu as bien appris ta leçon, je te crois ». Vous le laisserez expérimenter, il se rendra compte par lui-même s’il a bien appris sa leçon lorsqu’il sera en classe et que l’enseignant l’interrogera ou qu’il aura une évaluation.

 

Dans tous les cas, restez toujours positif. Encouragez ses efforts. Soyez convaincu et convainquant. Acceptez aussi que votre enfant soit différent de vous au même âge. Vous étiez peut-être très fort en maths et vous ne comprenez pas pourquoi votre enfant n’y arrive pas. C’est normal ce n’est pas vous ! De même vous avez parfois votre regard d’adulte sur une notion et pour vous elle semble facile, mais elle ne l’est pas pour votre enfant, c’est normal, il apprend.

Cependant, faire les devoirs à son enfant ce n’est pas toujours facile ! Et cela peut même devenir conflictuel.

3) Et quand les devoirs deviennent un calvaire, que faire ?

les devoirs un calvaire

Il faut s’attendre à des conflits, y être préparé. Un enfant n’aime pas trop en règle générale faire ses devoirs avec ses parents, car il se dit qu’une fois rentrée à la maison, il ne devrait pas avoir à travailler. Mais ne cédez pas et restez zen !

  • Pas de pressions

Pour ne pas que les devoirs deviennent une source d’angoisse pour votre enfant, il faut être patient. Relativisez les devoirs. Ce ne sont que des révisions, ils aident à enregistrer, à fixer dans la mémoire, mais la notion a été apprise en classe et sera revue en classe.

Un apprentissage, c’est comme une maison. La maison ne se monte pas en un claquement de doigt, cela prend du temps. Pour qu’elle soit solide aussi cette maison, il ne faut pas oublier une brique, car elle pourrait s’effondrer. Pour les apprentissages c’est la même chose, les bases c’est le plus important. Par exemple, un enfant ne peut pas apprendre à faire une addition posée s’il n’a pas compris ce qu’est une dizaine et une unité.

  • Diviser le temps des devoirs, en faire moins ou encore ne pas les faire du tout !

Par exemple, si votre enfant à plusieurs devoirs, il peut en faire un peu en rentrant et le reste après la douche ou le repas selon votre organisation. Moi je sais que pour ma fille, à partir du CE2, elle aimait bien faire sa lecture dans son lit juste avant de dormir.

Faire moins de devoirs ou pas du tout !! OUI si votre enfant bloque, si vous sentez qu’il n’a pas compris. Si par exemple, votre enfant est au CP et que la lecture de la fiche de son qu’a donnée sa maîtresse est trop difficile pour votre enfant, qu’il passe trop de temps, ne lui faîtes pas tout lire. Ne lire que les syllabes par exemple et pas les mots, ni les phrases. Ce n’est pas grave, tous les enfants n’évoluent pas et n’apprennent pas au même rythme !

De même, si un soir, c’est la course, vous rentrez tard du travail, vous êtes un peu énervé, ne vous mettez pas la pression pour faire les devoirs coûte que coûte. De toute manière, à coup sûr ce ne sera pas très efficace. Par contre ne faîtes jamais les devoirs de votre enfant à sa place. Attention, ne pas faire ses devoirs doit rester exceptionnel, mais de l’entendre dire ça soulage peut-être !

Bien évidemment, si vous trouvez qu’après plusieurs tentatives pour faire comprendre à votre enfant une nouvelle notion, ou si un soir les devoirs n’ont pas été fait, prévenez l’enseignant de votre enfant par écrit ou de vive voix si vous le voyez.

  • Anticiper et prévoir

Pour éviter le stress et les conflits, si les devoirs sont donnés en avance, c’est souvent le cas pour les classes de CM1 et CM2, expliquez à votre enfant le bénéfice de ne pas attendre le dernier moment pour les faire. Surtout qu’il y a un risque pour que d’autres devoirs viennent s’ajouter.

Pour les devoirs du lundi, prévoyez plutôt de les faire le samedi matin, si c’est possible. Comme ça vous pouvez expliquer à votre enfant qu’il sera tranquille pour le week-end. Les devoirs effectués à la va vite le dimanche soir, c’est risquer des tensions.

  • Pour éviter les blocages, les refus

Il arrivera un moment où vous allez craquer, parce que votre enfant ne comprend pas malgré vos multiples tentatives, parce qu’il y met de la mauvaise volonté, parce que tout un tas d’autres choses… Vous avez le droit d’être énervé, vous avez même le droit de le dire à votre enfant, mais attention à ce que vous allez dire et qui pourrez blesser votre enfant et le bloquer davantage. Par exemple, au lieu de lui dire « tu es nul(le) ! Tu ne comprends vraiment rien ! » lorsqu’il a fait une erreur, dîtes-lui plutôt : « OUI, super, une erreur. Je t’explique, comme ça la prochaine fois tu ne l’as fera plus, ça sert à ça les erreurs ! ». La plupart du temps l’enfant n’est pas en capacité de trouver son erreur. Montrez-lui plutôt où elle se situe et demandez-lui comment il peut faire pour se corriger, pourquoi il a fait une erreur ici.

Ne dîtes pas non plus : « mais, réfléchis ! », car votre enfant ne comprend pas vraiment ce qu’il faut faire, il doit apprendre à comment réfléchir. Demandez-lui plutôt s’il a compris ce qu’on lui demande de faire pour réaliser cet exercice.

  • Déléguer

devoirs à l'école

Si faire les devoirs avec votre enfant devient un véritable calvaire, si vous et votre enfant êtes déjà stressés à l’idée de les commencer, alors déléguez les devoirs si vous le pouvez. A qui ? à la nounou, à un étudiant ou une étudiante, à l’étude à l’école.

Mais attention, déléguer, ne veut pas dire ne rien faire. Il faut que vous vérifiez quand même. Il faut que votre enfant sente que vous êtes impliqué, présent.

  • Prendre rendez-vous avec l’enseignant de votre enfant

Vous pouvez aussi prendre rendez-vous avec l’enseignant de votre enfant pour lui expliquer vos difficultés à faire faire les devoirs. Il pourra peut-être vous donner des conseils, vous expliquer ses méthodes et parler avec votre enfant aussi pour essayer de comprendre où ça coince.

 

Ne pensez pas que le temps passé avec votre enfant à faire ses devoirs, même si c’est compliqué, ne soit pas bénéfique pour lui. Bénéfique pour la suite. C’est au contraire, toujours une réflexion supplémentaire sur un nouvel apprentissage, un nouvel entraînement. Et c’est toujours important d’essayer.

Apprendre, faire ces devoirs en se disant, avant même de commencer, qu’on n’y arrivera pas, que c’est trop difficile, ce sera le meilleur moyen de ne pas y arriver. Pour vous aussi, si vous abordez les devoirs en n’étant pas positif, en vous disant par avance que de toute manière ça va mal se finir ou qu’il ne va encore rien comprendre, à coup sûr votre enfant le ressentira et ne sera pas dans de bonnes conditions pour démarrer.

les devoirs cool

Alors, inspirez plusieurs fois profondément et expirez lentement avant de commencer. Surprenez votre enfant en lui faisant un bisou et dites-lui que vous avez confiance en lui, que cette fois vous allez y arrivez ensemble, que vous êtes là pour lui.

 

Est-ce que les devoirs sont une véritable corvée pour vous et votre enfant? Ou au contraire tout se passe plutôt bien? Ecrivez-moi un petit commentaire sous cet article pour m’en parler et expliquez nous quels sont vos secrets pour que ça marche!

 

Temps de lecture: environ 11 minutes.

 

 

 

 

  •  
  •  
0 Commentaires

Laisser une réponse

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*

Contactez-moi

Une question ? Rédigez-moi votre message.

En cours d’envoi

©2021 Virginie Annoot

Je vous offre mon guide:

10 conseils vous aurez, sa maternelle il réussira

Pour connaître et exercer mes droits, notamment pour annuler mon consentement, je consulte la page de mentions légales.

Vous connecter avec vos identifiants

Vous avez oublié vos informations ?